Week end bois 2018



Les amis, le WE bois vient de s’achever et l’heure est à un petit récit pour compléter les archives.

Action {{attach ...}} : paramètre "file" obligatoire.

Munis de nos polaires, nos chaussettes, nos bonnets, nos gants et de tout autres inventions chaudes pouvant servir, nous sommes montés retrouver notre Oh combien indispensable grange, bien décidés à la munir de tout le bois dont elle aura besoin dans les mois qui arrivent.
Ce WE est un habitué, il a lieu tous les ans à la même période, la plus propice à un bon assèchement des bûches. Les bûches coupées cette fois ci seront utilisables dans au minimum deux ans.

Pleins de nouveautés pour ce WE !!! …

Pour commencer, nous avons eu l’immense plaisir d’accueillir de nouveaux visages, tous plus intéressants, drôles, dynamiques et bienveillants les uns que les autres : Thomas, Rudy, Loic, Victoria, Paul, Daphnée, Nino, Emilie, Gaëlle et Koumba nous ont rejoins pour cette aventure automnale. 8 d’entre eux ont adhéré !! Yihaaaaa, de nouveaux bras pour les travaux, de nouveaux sujets discussions pour le coin du feu et des verres en plus pour trinquer à la fin de la journée !!

Nous avons également rencontré deux partenaires phares dont je vous demande de retenir l’existence. J’ai nommé, Monsieur Joël Rénovation des Granges, spécialiste en la matière, et Madame Aline Rando à dos d’ânes, qui organise des transports de matériaux avec des ânes dans les montagnes.

Joël a fait un état des lieux... Eeeeeet, attention, rrrroulement de tambour : LA GRANGE NE VA PAS S’EFFONDRER !!! Alooors ?!! On est pas super rassurés là quand même ?!! Bon, euh, on va pas prendre la nouvelle comme une autorisation à la glandouille, il y’a quand même des petites (grandes ?) choses à faire. Premièrement, et ça sera le sujet du chantier de Pentecôte, nous devons creuser des rigoles au pourtour de la grange afin de déterrer les murs pour limiter en grande partie l’humidité à l’origine de leur pourriture. Deuxièmement, un grand chantier sera à prévoir pour la rénovation des murs : nettoyer les murs puis refaire les joints. Les copains, à vos bras, on va avoir besoin d’aide (vous serez tenus au courant au plus vite des dates des chantiers). Ensuite, les poutres : il faut y vérifier l’absence de termites et, si nécessaire, les dépoussiérer et les traiter. Enfin, la toiture : pour ce qui est du plus urgent, rendre hermétique la liaison entre le toit et les murs, pour ce qui relève du confort : améliorer l’isolation. Ca fait beaucoup, oui, mais les travaux seront étalés dans le temps et du temps, nous allons en prendre ce qu’il faut pour réussir à tout faire. Joël s’est proposé de nous faire une formation sur un ou deux jours (fixés ultérieurement) afin de nous rendre plus autonomes sur tous ces travaux de rénovations. A tous ceux intéressés par le sujet et aux personnes à l’aise dans les travaux manuels : VENEZ !! Ca nous permettra ensuite de transmettre nos connaissances aux prochains sur les chantiers.

Aline, quand à elle, nous transmettra prochainement la faisabilité d’une ascension avec les ânes pour le transport de matériau nécessaire à des chantiers futurs.

C’est avec ces toutes fraîches et motivantes nouvelles que nous débutons notre WE de bucherons jeudi 1er novembre.
Action {{attach ...}} : paramètre "file" obligatoire.

Les petites mains, les petits bras, les petites jambes s’activent et la fourmillière se met en route, d’elle-même, en nous prouvant encore une fois que nous savons nous organiser très facilement, presque de manière automatique, sans se sentir forcés ni obligés, sans que le travail ne devienne désagréable pour qui que ce soit.
Alors, certains se mettent à scier, soit seuls, soit à deux, tandis que d’autres tirent les branches déjà coupées en les amenant à disposition du prochain créateurs de buches. Les bûches s’empilent les unes sur les autres. Le nombre de branche s’amenuise. Les porteurs de bois, munis de leur hôtes à dos, montent et descendent la pente, en échangeant le vide contre un tas de bûches en bas et le tas de bûche contre du vide en haut. La grange à bois se remplie à vue d’œil. Au fond, la tronçonneuse réveille notre ouïe, laissant aux bras viriles et musclés le soin de couper les plus gros troncs, les plus grosses souches. Et ainsi, la machinerie se construit, dans un engrenage presque parfait où chacun s’attelle à la tâche qui lui convient, remplissant par conséquent son rôle avec plaisir. Le tempo s’automatise, et une frénésie mécanique aboutira en 2 jours à une parcelle propre, évidée des noisetiers cacheurs de vue et à une grange à bois ordonnée et bien fournie.

Action {{attach ...}} : paramètre "file" obligatoire.

N’oublions pas d’évoquer le prolongement de la barrière anti-sangliers (les sangliers d’Armentiu sont sympas, ils respectent la notion de limites) et la création d’une Cabanacaca, lieu exclusif à la dépose de nos excréments, une fois les bacs des toilettes sèches arrivés à saturation. Adieu les morceaux PQ à moitié décomposés qui collent sous la chaussure lors des ballades montagnardes improvisées !

Action {{attach ...}} : paramètre "file" obligatoire.

Il fait froid. Mais nos sourires, nos cœurs, nos corps se réchauffent entre eux. On est plus forts ensembles, assemblés tout est plus simple. Et puis, pendant que les coupeurs de bois transpirent dehors, les petites mains cuisinières travaillent sans relâche à l’intérieur, pour que, jamais la casserole ne soit vide. On a même eu le droit au vin chaud !! Nouveauté culinaire : il est désormais possible de faire gratiner une croziflette dans un feu de bois ! Oui oui, tu nous crois pas ? Viens tester cette avancée moderne à la prochaine session.

De nouveau, nous avons fait l’AG là haut ! Ca nous permet de nous entrainer à écrire avec des moufles. Pas simple, mais ça se fait ! Et l’idée de faire cette assemblée dans le lieu même de son objet a été approuvée par tout le monde. D’être présent dans le lieu réceptif des décisions prises nous permet d’avoir des idées plus riches et plus claires. Cela permet aussi aux personnes présentes mais pas encore adhérentes de pouvoir y participer. Et puisque c’est la mode des avancées sociales, nous avons aussi expérimenté la première assemblée avec les Scouts. Une bonne occasion d’aborder des causes communes : comme la gestion de l’entretien du sentier, les petites astuces pour limiter les impôts et la mise en commun des outils des deux bâtisses voisines.

Nous avons également inauguré le Bancale. C’est un banc qui ne tient pas sur ces 4 pieds mais un banc quand même. Pas de jugement ! Chacun à le droit d’exister tel qu’il est dans notre monde armentiuesque. Ceci dit, un massage sera offert à celui qui saura lui enlever son suffixe !! Aller, on le rajoute à la liste des défis de la prochaine session !

Alors, après ce séjour bien rempli, ca sera avec un goût de châtaignes grillées, de vin, de reblochon coulant, de montagne et d’amour que nous redescendrons à la fin du WE, comblés de cette nouvelle aventure humaine et impatients de revenir, pour mettre à nouveau nos pieds sur Terre, pour revenir, entier, ne faire qu’un avec les autres et la présence, puissante, de l’énergie vivante des sommets.

Avec tendresse, à la prochaine !


Et voici le podcast que Gaetan a réalisé lors du week end bois 2018 :


image IMG_20171029_093813ok.jpg (0.5MB)


image IMG_20171028_113632.jpg (0.4MB)

image IMG_20171028_112955.jpg (0.4MB)